lib.mainmenu_1

 
 

Environnement et énergie

La production et la consommation industrielles mondiales dépassent la capacité de renouvellement des ressources naturelles et la capacité des États à gérer la pollution et les déchets. Si la croissance industrielle a bel et bien aidé à sortir des dizaines de millions de personnes de la pauvreté dans de nombreux pays au cours des décennies écoulées, en particulier dans les grandes villes qui ne cessent de s’agrandir, il est manifeste que la croissance économique et l’urbanisation ont un coût.

Ce phénomène s’accompagne de l’absence ou de l’insuffisance de services environnementaux ou de services d’utilité publique, de systèmes de recyclage, de systèmes de collecte et de traitement des eaux usées, d’assainissement, d’approvisionnement en eau, de services d’hygiène et de la gestion des déchets solides. Ces carences freinent la croissance économique, pèsent lourdement sur les systèmes naturels et nuisent à la santé publique et au climat d’investissement. Elles grèvent également le potentiel qu’ont les zones urbaines de contribuer pleinement à la croissance économique.

Étant donné les préoccupations qui se manifestent au niveau international à propos du changement climatique, on accorde une attention croissante à ces questions. Les impacts du changement climatique peuvent être très graves pour les pays en développement, et plus encore les pays les moins développés (PMA), dont bon nombre sont mal équipés pour assumer les effets sur la production agricole, la productivité de la main-d’œuvre, la santé et les déplacements internes.

La compétition accrue pour des ressources rares, dont l’eau et l’énergie, ne va pas se limiter à l’intensification des conflits dans le seul contexte industriel. La dégradation de l’environnement et le changement climatique risquent éventuellement d’intensifier des tendances inquiétantes en soi, dont la désertification, l’élévation du niveau de la mer, la plus grande fréquence des conditions météorologiques extrêmes et les pénuries d’eau douce d’où, dans le cas du scénario le plus défavorable, des conflits civils et transfrontières, des migrations non maîtrisables et l’éruption de violence pour l’acquisition de ressources indispensables rares. L’utilisation rationnelle des ressources et le développement économique à faible consommation de carbone peuvent donc aider à alléger les pressions et à éviter certaines des causes profondes des troubles sociaux.

L’ONUDI a reconnu il y a déjà longtemps qu’il fallait s’attaquer aux questions environnementales et promouvoir au niveau systémique des méthodes de production non polluantes. Pour rationaliser l’utilisation des ressources il faut adopter une perspective et un processus de prise de décision qui tiennent simultanément compte de la valeur économique et de la sauvegarde de l’environnement. L’utilisation plus rationnelle des ressources vaut également pour l’énergie car elle permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant de la production et de l’utilisation de l’énergie, de l’extraction, du traitement, du transport des matières premières ainsi que de l’évacuation des déchets. L’adoption de stratégies durables concernant l’utilisation de l’énergie dans l’industrie prévoyant notamment le recours aux sources d’énergie renouvelable et l’utilisation rationnelle de l’énergie est indispensable pour la prise en charge des changements climatiques grâce à l’orientation des économies vers une moindre utilisation de carbone.

C’est dans ce contexte que l’ONUDI fournit des services d’appui dans le cadre de la priorité thématique portant sur l’environnement et l’énergie, grâce à trois éléments de programme interdépendants:

  • La production industrielle utilisant efficacement les ressources et à faible émission de carbone;
  • Les énergies renouvelable à des fins productives; et
  • Le renforcement des capacités pour la mise en oeuvre d’accords multilatéraux sur l’environnement.