lib.mainmenu_1

 
 
Tuesday, 26 March 2013

L’industrialisation, un élément central du développement économique de l’Afrique

Abidjan, le 26 mars 2013 -  Les  ministres africains des finances réunis à Abidjan dans la capitale ivoirienne , lors de la  sixième réunion annuelle conjointe de la Conférence des ministres de l’économie et des finances de l’Union africaine (UA) et de la Conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique de la Commission économique pour l’Afrique (CEA),  ont souligné l’importance de l’industrialisation dans le développement économique du continent.

Durant cet évènement de deux jours sur le thème de« L’industrialisation au service de l’émergence de l’Afrique »,Mme Nkosazana Clarice Diamini-Zuma, Présidente de laCommission de l’Union africaine, a déclaré : « L’industrialisation n’est pas un luxe pour l’Afrique mais une nécessité pour sa survie à long terme ».

Carlos Lopes, Secrétaire exécutif de la CEA, a affirmé : « l’Afrique doit prendre le contrôle de son programme de développement ».

Kandeh K. Yumkella, Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI), a  dit  qu’il était heureux  de noter que « le travail de l’ONUDI a contribué au document de synthèse de l’UA et de la CEA pour cet important évènement » , il a aussi  ajouté que « l’industrialisation n' est pas le fait du hasard . Cela exige un travail délibéré et cohérent de partenariats public et privé et un leadership visionnaire. Je suis convaincu qu’une industrialisation conduite par le secteur privé est la clé d’un développement durable, de la création d’emplois et de la réduction de la pauvreté. »

M. Yumkella a pris part à la première session plénière en compagnie du Premier ministre ivoirien, M. Kabian Duncan ; du Président de la Banque africaine de développement, M. Donald Kaberuka ; de M. Trevor Manuel,  le Ministre chargé de la Commission nationale de planification au sein de la présidence sud-africaine ; ainsi que du secrétaire d’État auprès du Premier ministre de l’Algérie chargé de la prospective et des statistiques, M. Bashir Messaitfa. Le panel de discussion était animé par Zeinab Badawi de la BBC.

Les ministres ont mis l'accent sur le fait  que la mise en œuvre d’une transformation durable et structurelle en Afrique ne sera pas aisée et que chaque pays africain devra mettre en place des stratégies et des politiques basées sur ses propres  priorités sectorielles et financières, ses défis environnementaux, ses conditions initiales et ses capacités nationales. Il s’agira de mettre l’accent notamment sur une utilisation efficace et durable des ressources dans les domaines énergétique, industriel et agricole. Une coopération internationale et un appui significatif seront nécessaires en particulier dans le secteur énergétique. « Des investissements dans le secteur énergétique doivent faire partie intégrante de la stratégie d’industrialisation. » a déclaré le Président de la Côte d’Ivoire, M. Alassane Ouattara.

Des copies de la nouvelle politique industrielle élaborée par le Gouvernement de Côte d’Ivoire avec l’appui de l’ONUDI ont été distribuées aux ministres africains des finances et de la planification économique présents à la conférence.

Un autre document présenté durant la conférence, « L’industrialisation au service de l’émergence de l’Afrique », a reconnu l’importance du Plan d’action pour le développement industriel accéléré de l’Afrique (AIDA) en tant que cadre intégré pour l’industrialisation du continent.

De 2006 à 2008, l’ONUDI a fourni une assistance technique à la Conférence des ministres africains de l’industrie (CAMI) afin de développer et de lancer AIDA. Les Gouvernements d’Afrique du Sud, de l’Algérie et d’Égypte ont également offert leur soutien durant leur présidence de la CAMI.

Avec le soutien financier de l’Allemagne, l’ONUDI a également développé, en coopération avec l’Organisation mondiale pour la santé, ONUSIDA, la Commission de l’Union africaine et plusieurs institutions africaines, le Plan pour la fabrication de produits pharmaceutiques pour l’Afrique qui sera lancé au cours de l’année.